Parrainages Etudiant

Parrainer un étudiant avec AMM, c'est aider de jeunes malgaches pauvres mais enthousiastes et volontaires à devenir infimier/ères, sage-femme ou médecin


Le message d'Anne-Sophie Lamaurié, responsable des parrainages

Anne-Sophie Lamaurié est responsable des parrainages, elle se charge de vérifier que tout va bien pour les filleuls actuels et trouver des parrains-marraines pour les nouveaux filleuls.

Août 2018

En tant que responsable des parrainages étudiants d’AMM, je remercie chaleureusement toutes les marraines et les parrains pour leurs contributions qui ont permis à 60 étudiantes et étudiants de suivre une formation médicale ou paramédicale cette année 2017-2018.

Globalement tout se passe bien, mais nous regrettons que 3 de nos filleuls ont été renvoyés ; 2 pourront reprendre leur cursus à la rentrée prochaine. Autre regret : un bon nombre de nos filleuls communiquent peu, voire pas du tout pour certains. Je travaillerai cette année à améliorer leurs correspondances, qui bien souvent sont ressenties comme une contrainte supplémentaire dans un emploi du temps surchargé.

Je remercie aussi nos correspondantes sur place, notamment Sr Blandine et Sr Charlène qui nous proposent les dossiers de parrainage, rencontrent et suivent nos filleules. Elles font un travail formidable.

Afin de fidéliser et dédommager nos correspondantes nous avons décidé de leur octroyer une indemnité de 6€ par filleul et par an pour financer leurs frais d’internet, de déplacement et de réunion.

En conséquence, pour cette rentrée le forfait parrainage passe à 156€. Merci de nous adresser votre règlement par chèque ou par virement dès que possible.

Si vous souhaitez parrainer un étudiant, ou si votre parrainage se termine avec votre filleul, j’ai déjà plus de 15 dossiers de nouveaux filleuls en attente pour cette rentrée ; n’hésitez pas à me contacter pour en savoir plus.

Très AMMicalement

Contact: as.lamaurie@wanadoo.fr


Comment parrainer un étudiant

Un parrainage permet de participer en grande partie aux frais de scolarité d'un étudiant.
C’est un engagement réciproque:

► Le parrain ou la marraine s’engage à participer aux frais scolaires de l’étudiant pour une durée minimum de 3 ans et pour un montant de 156 euros par an ;

► Les filleuls et filleules s'engagent à communiquer par mail avec leur parrain assez régulièrement et de leur donner leurs notes trimestrielles ;

► le représentant du filleul s’engage à adresser le tableau des résultats scolaires en fin de chaque trimestre à as.lamaurie@wanadoo.fr, responsables des parrainages étudiants, qui se chargera de transmettre le tableau au parrain ou à la marraine.


Il y a déjà une quinzaine de dossiers de nouveaux filleuls en attente pour cette rentrée 2018-2019.

Si vous souhaitez parrainer un étudiant, n’hésitez pas à contacter Anne-Sophie Lamaurié pour en savoir plus.

Vous pouvez également envoyer votre contribution en téléchargeant le bulletin de parrainage


  Une réelle évolution positive des parrainages d'étudiants

Après quelques années de tâtonnements , les parrainages étudiants connaissent une réelle évolution positive, les liens sont plus nombreux, relayés par des élèves responsables et c'est très encourageant pour le futur ; les rapports avec l'école ST FRANCOIS d'ASSISE sont chaleureux ;
nous aidons ces jeunes volontaires et enthousiastes à créer leurs futurs ; ils sont plein d'idées et d'humanisme , désirent profondément améliorer les soins et les aides à apporter aux plus démunis , qui sont souvent les femmes, parfois très jeunes et les enfants ; cette action s'inscrit parfaitement dans les choix de notre association et permet également de maintenir le lien entre nos adhérents.

Ceux-ci nous intéressent particulièrement car :
- il s'agit d'étudiants médicaux et paramédicaux, dans notre domaine d'activité;
- les étudiants choisis - outre le fait qu'il s'agit forcément de jeunes issus de familles pauvres - doivent parler français et se débrouiller en informatique. Ils communiquent ainsi directement avec leur parrain ou marraine en gérant au mieux les énormes problèmes de connexion internet.

Les écoles

- Ecole d'Infirmières St François d'Assise à Ankadifotsy - ANTANANARIVO (40 étudiants)
- Ecole d'Infirmières ISMATEC - ANTANANARIVO (1 étudiante)
- Institut Supérieur des Paramédicaux Multidisciplinaires (ISPMD) - ANTANANARIVO (2 étudiants)
- Institut de Formation Supérieure des Paramédicaux Les Rossignols (IFSPR) - Mahamasina - ANTANANARIVO (1 étudiante)
- Ecole d'Infirmières Jean-Paul II - MAJUNGA (4 étudiants)
- Institut Luthérien d'Enseignement Médico-social SEFAM - ANTSIRABE (1 étudiante)
- Institut de Formation Supérieure des Paramédicaux Les Rossignols (IFSP) - MAJUNGA ( 2 étudiantes)
- Université de MAJUNGA - Ambondrona (4 étudiants)
- Université de Médecine - FIANARANTSOA ( 1 étudiant)
- Institut de Formation Supérieure des Paramédicaux Les Rossignols (IFSP) - FIANARANTSOA ( 1 étudiante)
- Institut de Formation en Paramédicaux de FIANARANTSOA ( 1 étudiante)
- Université de Médecine - TOLIARA (1 étudiant)
- République Démocratique du Congo - Institut Supérieur en Sciences Infirmières - MONKOLE - KINSHSASA (1 étudiante)


Quelques chiffres

A fin 2018, 71 étudiants sont parrainés :

  • en 1ère année : 3 infirmiers, 9 infirmières, 5 sage femme, 4 médecins, 1 chirurgien-dentiste
  • en 2ème année : 4 infirmiers, 8 infirmières, 5 sages-femmes, 2 médecins,
  • en 3ème année : 4 infirmiers, 6 infirmières, 15 sages-femmes et 1 médecin
  • en 4ème année : 1 medecin
  • en 5ème année : 1 medecin
  • en 6ème année : 2 medecins

  • A fin 2017, 60 étudiants sont parrainés :

  • en 1ère année : 3 infirmiers, 7 infirmières, 2 sages-femmes, 1 médecin, 1 chirurgien-dentiste
  • en 2ème année : 4 infirmiers, 4 infirmières, 9 sages-femmes
  • en 3ème année : 4 infirmiers, 7 infirmières, 16 sages-femmes et 1 médecin
  • en 5ème année : 1 medecin

  • A fin 2016, 40 étudiants sont parrainés :

  • en prépa : 1 infirmière
  • en 1ère année : 2 infirmières
  • en 2ème année : 2 infirmiers, 5 infirmières, 15 sages-femmes
  • en 3ème année : 4 infirmiers, 3 infirmières, 7 sages-femmes et 1 médecin
  • Une nouvelle responsable s’occupera des relations avec AMM, Sœur Blandine.


    A fin 2015, 38 étudiants sont parrainés :

  • en 1ère année : 2 infirmiers, 9 infirmières et 10 sages-femmes
  • en 2ème année : 2 infirmiers, 2 infirmières, 6 sages-femmes et 1 médecin
  • en 3ème année : 2 infirmiers, 3 infirmières et 1 sage-femme


  • NOUVELLES DES FILLEULS

    Août 2017 - Voyage d'étude d'étudiants de l'Ecole d’infirmières St François d’Assise

    Les étudiants nous ont envoyé un magnifique «rapport de voyage d’étude». Ce document de 58 pages est très bien rédigé et très bien mis en page. Lisez-le , il est vraiment intéressant et il parle notamment du centre de Tanjomoha que nous aidons depuis des années.

    ► Lire le Rapport de Voyage d'étude des étudiants

    Par ailleurs, Sr Blandine, notre correspondante à Tana pour ces parrainages étudiants, a organisé une sortie pour tous les étudiants de Tana ; voici le message et les photos qu’elle nous adresse :
    « Nous avons terminé notre sortie ensemble à Ambohimanga Rova avant hier. à 22 km du Tananarive. C'est un palais de nos rois et nos reines avant la colonisation. Tout va bien. Tout le monde est content parce que nous découvrons l'histoire de notre Pays, les archives... Nous sommes 16 : deux soeurs et 14 filleuls. Certains voulaient participer mais ils n’ont pas pu à cause de leur programme et leurs examens du lendemain . »


    2016, un groupe d'étudiants à Madagascar

    Voici une photo d'un groupe d'étudiantes parraînées par les membres d'AMM en 2016


    Témoignages d'étudiants parrainés

    Les étudiants parrainés par AMM nous livrent leurs ambitions professionnelles

    Chacun nourrit en son for intérieur des rêves, des désirs, des espérances qui comme les fleurs du printemps n'attendent qu'a éclore puis s'épanouir. L'aboutissement de trois années d'études, d'efforts, de travail et d'abnégation est proche pour les filleuls parrainés par AMM. Au cours d'un pique nique dans la campagne d'Antananarivo, à l'orée de plans d'eaux, de rizières et d'imposants rochers, les étudiants se livrent sur leurs ambitions futures. Ils parlent également de leurs sujets de fin d'étude, au combien déterminant pour l'obtention du diplôme Infirmier. Chacun a pris la parole pour renseigner sur leurs thèmes de travail de fin d'étude ainsi que pour leurs désirs professionnels.

    Ce sont eux qui témoignent :

    Marco :
    Thème : Prise en charge du pied diabétique. Centre de diabète AMADIA, association d'Antananarivo. Les projets de Marco sont tournés vers Londres, où une de ces tantes vit déjà. Il pense travailler à Madagascar puis entreprendre les démarches pour la rejoindre.
    Onja :
    Thème : Hygiène alimentaire des femmes enceintes. Au CSB II de Ambomangakely, petite commune proche de Tana. Onja est ambitieuse, elle s'est déjà réinscrite pour des études de médecine. Elle projette de travailler en tant qu'infirmière tout en étudiant à côté. Bonne chance Onja !
    Ortense :
    Thème : Cas de viol chez les mineurs en milieu urbain au centre pénitencier de Befelatanana. Ortense explique que le contexte de crise politique et socio-économique s'accompagne d'une augmentation de ces comportements déviants. Elle compte rester à Tana et travailler dans un service de maternité à l'hôpital public.
    Zo :
    Thème : Traumatisme et handicap suite à un accident de la voie publique. En service d'urgence au centre hospitalier militaire de Soavimandrina. Zo pense à différents projets, elle aimerait continuer des études de sages femmes à Maurice, où un oncle habite et aussi mettre ses compétences au service d'ONG à Madagascar.
    Fabien :
    Thème : Tabagisme et cancer du poumon. A l'hôpital universitaire de Tana, à Ampefyha, dans un service d'oncologie. Beaucoup de projets l'animent également. Il aimerait travailler en service de Soins Intensifs, reprendre des études d'infirmier-anesthésiste et plus tard partir à l'étranger.
    Elina :
    Thème : Automédication et vente clandestine de médicaments en milieu urbain. Pour cette enquête très intéressante elle se rend dans le quartier d'Ambohipo, près de l'université à Tana. Ces choix professionnels sont dirigés vers les CSBII, donc sur l'exercice infirmière en campagne. Elle aimerait également participer à des actions de santé publique en s'engageant avec des ONG.
    Esther :
    Thème : Protocole de prévention de soins d'escarres au centre hospitalier militaire de Soavinandrina. En service de médecine-neurochirurgie et cardiovasculaire. Elle aimerait travailler à Madagascar, sans exigences sur le lieu pourvu que ce soit à la campagne, dans des CSB II. Elle hésite aussi à venir en ville, là ce serait plus les services de réanimation et d'urgences qui l'intéresseraient. Esther pense aussi à un déplacement à l'étranger, elle cite des pays comme la France ou le Canada.
    Jinette :
    Thème : Le cancer du col de l'utérus et l'intérêt du dépistage précoce. A Tana à l'hôpital universitaire et en service d'oncologie. D'emblée Jinette dit qu'elle aimerait partir en France pour travailler. A Madagascar elle serait plus tentée par les services de pédiatries. Elle envisage également de poursuivre ses études pour se spécialiser dans la lecture échographique.
    Olivia :
    Thème : Risque des grossesses rapprochées à la maternité du centre Befelatanana. Olivia souhaiterait aussi s'engager auprès d'ONG. Elle cite UNICEF et précise que le travail préventif auprès des populations est d'une grande nécessité à Madagascar. Olivia n'exclue pas de continuer des études à l'étranger pour ce spécialiser dans la lecture échographique.
    Hasina :
    Thème : Risque de l'avortement clandestin (cause de problèmes familiaux, de grossesses précoces, de non acceptation de la part de l'entourage…). Elle effectue son stage à l'hôpital de Befelatanana. Hasina aimerait travailler dans la campagne de Fianarantsoa pour se rapprocher de sa famille.
    Céline :
    Thème : Grossesse en " grappe de raisins ". Risque de dégénérescence maligne pour la mère au niveau de l'utérus. Elle effectue son stage à Befelatanana en service de gynécologie. Elle souhaiterait travailler en service de maternité ou de pédiatrie. L'exercice infirmière auprès d'ONG l'intéresse également. Elle parle aussi d'approfondir les études au niveau échographique.

    Chacun a exprimé ses choix. Certains veulent voyager, découvrir d'autres pays, d'autres manières de travailler. Il y a ceux qui désir rester à Madagascar et mettre leurs compétences au profit des populations isolées, trop souvent démunies. Puis beaucoup ont soif d'apprendre, ils pressentent qu'une spécialisation supplémentaire pourrait leur être d'une grande utilité. Pour tous les vœux qu'ils ont exprimés, je pense que nous pouvons tous ensemble leur souhaiter courage et réussite pour qu'ils se réalisent.